L'ECONOMIE NATIONALE DE L'UNION DES COMORES

L’économie nationale est caractérisée par la prédominance de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, qui représente plus de 40% du PIB. Ce secteur agricole constitue l’essentiel des recettes d’exportation du pays (90% des exportations) et c’est grâce aux produits de rente (Vanille, girofle et ylang ylang).

La BIC - Moroni
Selon la note de conjoncture du premier semestre 2008 de la Banque Centrale, la filière vanille a traversé une conjoncture diffi cile en rapport avec la chute des cours mondiaux de ce produit et a aussi subi une perte importante de sa production, suite à des feux de forêt qui ont ravagé une grande partie des plantations de la région la plus productrice de Ngazidja. Le girofle, première production de rente en termes de quantité, accusera une baisse à 3000 tonnes, après 3500 tonnes en 2007 et 2500 tonnes en 2006. La fi lière continue de bénéfi cier de cours mondiaux favorables tandis que la production d’ylang-ylang devrait se maintenir au niveau observé ces deux dernières années. La politique tarifaire de vente au degré des essences produites, sauf pour la catégorie « troisième » qui est vendue au poids, semble porter ses fruits. Chaque ile a sa spécialisation dans les produits de rente, Ngazidja produit beaucoup plus de la vanille et Anjouan se concentre sur la production d’ylang ylang et de girofle. En ce qui concerne la production alimentaire, seulement le tiers de la production agricole est commercialisé, une grande partie étant destinée à l’autoconsommation. Des pistes de relance du secteur sont en cours et sont appuyés par la communauté des bailleurs. Six cultures sont identifi ées pour relancer la production agricole qui viendrait en complément de la consommation du riz. Il s’agit des produits vivriers : bananes, pomme de terre, manioc, patate douce, igname et taro. Ce secteur est confronté à la concurrence des importations provenant de l’Afrique de l’Est en particulier la Tanzanie.

Une étude de la banque centrale (2006) a fait ressortir la spécificité de la production vivrière dans chaque ile, Mohéli est le premier producteur de banane et de coco, tandis qu’Anjouan privilégie la production d’igname, de taro et de l’oignon et que Ngazidja produit beaucoup plus de manioc, de patate douce et de pommes de terre. Ce secteur vivrier bénéfi cie des appuis internationaux à travers les programmes de développement et de lutte contre la pauvreté. A travers ces programmes, les bailleurs de fonds comme l’Union Européenne, l’AFD, FIDA, ont mis en place des lignes de crédit dans les institutions de micro finance constituant des garanties à l’octroi des crédits productifs. Dans le secteur maraîcher, la production des céréales, légumineuses, fruits et légumes augmentaient respectivement de 1,01% ; 1,63 ; 2,74 et 1,7% à l’année 2007. Le secteur de la pêche emploie 6% de la population active, qui, dépendent directement ou indirectement du secteur (pêcheur et vendeur). En 2006, ce secteur génère un chiffre d’affaires évalué à 17 milliards FC, représentant près de 10% du PIB (Source BCC).

Les contraintes de ce secteur sont la pratique des techniques artisanales, le manque d’infrastructure, le prix de vente élevé et l’insécurité en mer. Dans le cadre d’un projet COI appuyé par l’union européenne, le pays s’est doté d’un centre national de contrôle et de surveillance de pêche. De 2003 à 2004, le secteur de l’élevage a eu des effets négatifs par la maladie bovine. La fi lière est dominée par les importations des zébus en provenance des pays de la sous-région. Ces dernières années, la banque centrale a enregistré une hausse de 5% du cheptel bovin et des quantités de lait produit. Une autre tendance haussière de la fi lière est observée au niveau des quantités d’ovins/caprins produits. La fi lière avicole est en baisse, les diffi cultés de la fi lière sont les couts exorbitants de la production par rapport aux prix de vente et une forte concurrence des produits surgelés importés. Le secteur tourisme est sous exploité et présente des potentialités naturelles. Dans le cadre du Document Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté, plusieurs initiatives ont été prises par le gouvernement comorien pour inciter les investisseurs étrangers comme par exemple le projet d’une construction d’un village touristique au nord de la Ngazidja. D’une manière générale, les exportations des biens en 2007 ont progressé de 21% par rapport à l’année 2006, réduisant ainsi la détérioration du défi cit commercial des années antérieures. Le girofle a constitué le principal produit exporté et générateur de revenus avec 58% des recettes des exportations. Le pays n’est pas autosuffi sant et importe plus des produits alimentaires. L’année 2007 enregistre une hausse de 10% des importations des aliments de base (riz, viande, poisson, farine et produits laitiers), et des produits pétroliers. L’importation du ciment a par contre diminué sans doute à cause du caractère exceptionnel du volume enregistré en 2006, mais aussi par des diffi cultés observées pour l’approvisionnement et le fi nancement de certaines opérations d’importation de ce produit. Cette baisse a eu des effets sur les importations des autres matériaux de construction avec une baisse de 53% en volume et 59% en valeur (Source BCC).

Les Comores ont conclu un accord avec le FMI et a mis en place en octobre 2008, un programme post confl it pour six mois. Ce programme leur permettrait de préparer une « Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance » (FRPC) et de bénéfi cier d’une réduction de leur dette extérieure (70% du PIB) dans le cadre de l’Initiative des Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE). Les indicateurs macroéconomiques affi chent des bonnes perspectives surtout avec l’apurement des arriérés de la BAD en décembre 2007, la résolution de la crise Anjouanaise, ainsi que les réformes économiques engagées par le gouvernement.

Présentation
Présentation des Comores

L’Archipel des Comores est situé au Nord-Est de Madagascar, à l’entrée du Canal de Mozambique. Il est composé de quatre îles : la Grande Comore (Ngazidja), Anjouan (Ndzwani), Mohéli (Mwali)... Lire la suite »

Les institutions
Les institutions

L’Assemblée nationale est, selon la Constitution, l’organe législatif de l’Union. Elle est composée de trente trois députés élus pour un mandat de cinq (5) ans. Ses membres sont désignés par les... Lire la suite »

L'économie
L'économie

L’économie nationale est caractérisée par la prédominance de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, qui représente plus de 40% du PIB. Ce secteur agricole constitue l’essentiel des recettes d’exportation du... Lire la suite »

Les médias
Les médias

L’année 2009 qui s’ouvre sera marquée par la tenue des Etats généraux de la presse, la première assise nationale des médias, appuyée par le président de la république luimême, Ahmed Abdallah Sambi... Lire la suite »

Official Guide 2009

More video

Photo Galery

Documents à télécharger

Comores Actualités